Le Blog

Bienvenue sur le blog Aqua Store. Chaque mois, découvrez les dernières nouveautés, toutes les offres et les bons plans. De nombreux conseils et reportages sont mis à votre disposition pour vous aider dans la réalisation de vos aquariums ou bassins d extérieurs. N hésitez pas à réagir à nos articles.

Aménager un aquaterrarium à tortues 09/02/15

Vous avez pu le constater : depuis une semaine, nous vous proposons une rubrique Terrario - Tortue contenant du matériel adapté aux aquaterrariums.

Retourvez tous nos conseils pour accueillir au mieux votre nouvel animal de compagnie, votre tortue d'eau.

 

Sympathiques et placides, intéressantes à observer,  capables de d’une certaine « familiarité » avec l’humain, les tortues d'eau sont des animaux agréables à maintenir.

Si vous souhaitez accueillir chez vous cet animal original, il vous faudra vous familiariser avec les bases de l’aquaterrarium ou du paludarium, et constituer un habitat convenable à votre nouvel ami à écailles.

 

 

En premier lieu, comme pour tout animal, patience et connaissance sont requises ! Vous prendrez soin de vous documenter sur l’espèce que vous souhaitez acquérir et complèterez son habitat avant de l’accueillir chez vous, bien sûr ! Les tortues, malgré leur apparente rusticité, sont des animaux qui requièrent des soins adaptés, selon leur biotope : tropical humide ou méditerranéen, chacune a des besoins spécifiques, auxquels il faudra pourvoir.

Avec de bons soins, les tortues vivent 30, 50, 80 ans, et bien plus, selon les espèces… Il faut s’en rappeler lorsqu’on a pour projet d’en prendre une (ou plusieurs) à la maison.

 

Aquaterrarium bas

 

Tout d’abord, on sélectionnera le type d’habitat et ses dimensions. La tortue restant inféodée au sol, on privilégie une structure «basse », présentant une vaste aire. La hauteur importe peu mais il peut être important pour les espèces tropicales d’aménager un habitat à plafond fermé pour pouvoir conserver la chaleur de l’air et l’hygrométrie nécessaires à l’épanouissement de l’espèce.

La taille se calcule en fonction de l’animal : pour la maintenance de jeunes individus, on multiplie la longueur de la tortue par 10, et la largeur par 6 ; et il faudra en changer quand la tortue grandira.

Des tortues bien installées dans leur aquaterrarium

Si l’on décide d’investir de suite dans un terrarium qui servira à la tortue même à l’âge adulte, on se basera sur les côtes suivantes : cinq fois la longueur adulte moyenne, et quatre fois sa largeur.

Par exemple, pour une juvénile de 10cm mais qui mesure 40cm adulte, on achètera soit un terrarium de 100X60cm que l’on changera quand la tortue grandira, soit directement un espace de 200X160cm, qui lui suffira à l’âge adulte. Si l’on projette de mettre plusieurs tortues ensemble, on augmentera l’espace de vie en conséquence : longueur et largeur du terrarium adulte augmentée de 30 à 50% pour chaque individu supplémentaire, ou de seulement 10à 20% dans le cadre d’un terrarium de juvéniles, chez qui les conflits sont moins présents.

 

L’habitat des tortues partiellement terrestre sera en verre, avec des joints étanches, et possèdera une aération haute (plafond et/ou parois latérales) et une aération basse diamétralement opposée. Les ouvertures d’aération seront couvertes par des grilles en métal ou PVC. Un aquarium « reconverti » peut être possible,  si l’on aménage des trous d’aération dans la partie basse, à l’aide d’une scie cloche.

Le paludarium pour tortues aquatique s’aménage parfaitement dans un aquarium classique, avec une zone terrestre à l’intérieure, ou déportée et surélevée sur un des côtés du bac.

 

Un sol adapté à la tortue

 

Le sol de la zone terrestre est couvert d’un substrat à choisir en fonction du biotope à reconstituer. En climat tropical humide, la base sera constituée d’une couche de terreau, ou mieux, de tourbe naturelle ou de tourbe de fibre de coco (Eco-Earth de ZooMed, Plantation Soil, Jungle earth et Coco Husk d’Exo Terra, Terra Coco Humus de JBL) maintenue humide. Des zones couvertes de mousses ornementales (plusieurs types disponibles chez ZooMed) pourront être créées. Pour les espèces Méditerranéennes vivant en zone palustre (dans les marais), on proposera une couche de paillis de cyprès (ZooMed), ou un mélange de TerraBasis et de Terra Bark (les deux JBL) , à maintenir plus ou moins humides selon les besoins hygrométriques de l’animal.

 

La zone aquatique pourra être couverte avec du sable à usage aquariophile, sable de rivière ou autre selon le biotope recréé.

Tous les substrats doivent être entretenus avec soin : ôter les déjections au quotidien, tamiser et aérer régulièrement les zones libres de plantes, siphonner les déchets dans le sable immergé... Il faudra penser à remettre les substrats à niveau de temps à autre, et à changer régulièrement la zone de la partie terrestre qui se salit le plus vite.

On évitera les copeaux de bois fins et les copeaux de papier, qui peuvent être ingérés et provoquer des occlusions intestinales.

 

Equipement de l’aquaterrarium et du paludarium


Un éclairage spécifique aux tortues


Une grande attention devra être portée à l’éclairage et au chauffage: l’habitat devra être équipé au minimum d’un élément chauffant l’air, d’un élément chauffant l’eau et d’un élément délivrant les UV (et l’éclairage de base).

 

Les tortues doivent être éclairées et exposées aux UV-B (grade UV10) sur une périodicité fixe de 12h quotidiennes. Ces UV-B permettent à l’animal de fixer le calcium dont ses os et sa carapace ont un besoin vital.Un éclairage UV pour une carapace de tortue saine Les UV émis perdent rapidement en qualité : le tube (ou l’ampoule) doit être changé chaque année.

En outre, sa portée d’émission est très étroite : il doit être placé à une distance correcte de l’animal, ni trop proche –risque de brulures- ni trop éloigné –perd son efficacité- (se conformer aux distances recommandées par le fabricant). En général, une distance d’environ 20/25 centimètres au-dessus des tortues est optimale, si le dispositif est équipé d’un réflecteur métallique.

 

Le terrarium doit aussi disposer d’un « point chaud », qui sera libre d’accès pendant les heures de jour, aux animaux qui en éprouvent l’envie.  A cet effet, on dispose une lampe (spot chauffant ou lampe céramique) au-dessus d’un des côtés du terrarium. Le reste de l’espace est ainsi plus frais (il ne faut pas centrer le point chaud).

 

Sur le plan pratique, la mise en œuvre la plus courante sera de disposer dans le sens de la longueur de l’aquaterrarium ou du paludarium un ballast à réflecteur métallique (celui-ci est très important, il permet d’augmenter le potentiel du rayonnement UV) équipé d’un tube néon à UV ou de deux douilles pour lampes fluocompacts à UV, puis d’ajouter sur un côté, une douille pour fixer un spot chauffant, ou une lampe céramique chauffante (qui n’éclaire pas mais chauffe mieux que le spot, et a une durée de vie plus longue), qui constituera le « point chaud » du terrarium.  

Si le terrarium comporte un décor de plantes naturelles, on pourvoira à leur croissance en ajoutant un tube horticole (3 000 / 4 000K) à l’installation.


Toutes les lampes seront reliées à un programmateur journalier pour respecter la périodicité de 12 heures quotidienne. S’il est besoin de chauffer le terrarium pendant la nuit, on ajoutera une lampe céramique pour chauffer sans éclairer, qu’on branchera à un thermostat afin qu’elle fonctionne en complément, selon la température requise.

Un thermomètre digital (voire double sonde, pour mesurer le point chaud et l’ambiance) complètera l’équipement, pour vérifier le bon fonctionnement des appareils.

 

Une bonne hygrométrie et un point d'eau adapté


L’hygrométrie et la fourniture d’un point d’eaux adaptées aux besoins de l’espèce hébergée sont aussi essentielles.

Selon l’animal et ses habitudes plus ou moins aquatiques, on adoptera soit la configuration aquaterrarium (plutôt terrestre, avec une zone aquatique) ou paludarium (plutôt aquatique, avec une berge accessible).

 

Dans l’aquaterrarium, au milieu du décor de tourbe et de plantes, un point d’eau ruisselant, comme une petite cascade ou un ruisseau, aboutissant dans un petit bassin, sera du plus bel effet. Cela peut être mis en place facilement, à l’aide des dispositifs techniques adéquats, et d’une mise en forme « 3D » du décor, recréant une pente douce vers le bassin qui collecte et remet l’eau en circuit ascendant. Cette structure du décor, recouverte de bâche PVC ou d’un autre matériau imperméable, est ensuite à son tour couverte avec de la tourbe et/ou des pierres pour donner un air naturel à l’ensemble.

 

Un filtre adapté au terrarium

 

Dans le cadre d’une maintenance de tortue plutôt aquatique, on recréera un biotope de type marais, en aménageant un paludarium dont la plus grande partie sera un vaste bassin, où la tortue pourra barboter aussi longtemps qu’elle le souhaite, nager et s’immerger complètement.

 

La profondeur du bassin est à déterminer en fonction de l’espèce que vous souhaitez maintenir. Une aire de repos terrestre est indispensable, en formant par exemple une île rocheuse au milieu du bac, un pont en liège, ou encore un pourtour en pente douce, constitué de tourbe et planté, simulant des berges de marais. Des îles aimantées de taille différentes permettent d'installer la plage sèche à fleur de l'eau, au niveau d'eau souhaité.Un aquaterraium pour tortue d'eau bien aménagé, une tortue en bonne santé

Attention à ce que la zone terrestre soit tout à fait accessible, en pente douce : une tortue ne peut gravir des escarpements trop raides, comme les bords d’un aquarium ; elle s’épuiserait et périrait noyée.

 

Le bassin est épuré par le biais d’un filtre généreusement (sur)dimensionné –car la tortue est un animal assez pollueur-, de préférence externe pour optimiser l’aire de nage et cacher cet élément peu esthétique en dehors du décor, dans le meuble qui supporte l’installation par exemple. Vous trouverez également sur notre site une île dans laquelle est dissimulé un filtre interne

 

Un chauffage pour recréer les conditions tropicales ou méditérannéennes

 

La partie aquatique sera chauffée par un thermoplongeur de puissance adéquate selon le volume à chauffer et la température à atteindre (22/25 pour les tortues Méditerranéennes, 26/28 pour les espèces tropicales).

Les animaux ne doivent pas entrer en contact avec la résistance, car ils risqueraient de se brûler. A cette fin,  on pourra placer le chauffage dans un angle du bac, et on l’entourera d’un grillage PVC distant de 2 centimètres, tout autour, ou le disposer dans un compartiment séparé, ouvert d’un peigne haut et bas, et recevant la sortie d’eau du filtre, ou encore on adoptera un des nouveaux chauffages Hydor externes ou une résistance chauffante équipée d'une grille de protection telle que le JBL ProTemp S.Chauffage incassable pour tortue

Un thermomètre sera disposé pour contrôler la température de l’eau.

 

Pour la maintenance de certaines tortues de climat tropical nécessitant 70/80% d’humidité ambiante, on pourra en outre faire appel à un dispositif de brumisation (Fogger Exo-terra, Repti Fogger chez ZooMed) ou de pulvérisation (Repti Rain de ZooMed).

Un hygromètre digital remplira là encore son office pour visualiser la bonne tenue du paramètre.

 

L’espace terrestre sera décoré de branches, plantes (naturelles ou synthétiques), pierres... selon la fantaisie du soigneur, mais sans trop en faire : les tortues aiment évoluer dans un espace dégagé, tout décor peut se révéler être un obstacle pour elles. Cependant, elles apprécient aussi de passer inaperçues, cachées dans un abri ou au milieu de la végétation…

Du gazon artificiel ou un tapis plastique texturé peuvent éventuellement prendre place sur certaines zones de l’habitat, surtout pour les espèces les plus aquatiques : c’est très pratique, cela se nettoie très facilement et cela évite le gros inconvénient des particules de substrat meuble, qui tombent dans le bassin de nage (et le salit).

 

Enfin, on disposera au moins une cachette de taille appropriée et par individu, sur la partie immergée : cabane en bois, écorce de chêne liège retournée, fausse pierre creuse (Turtoise cave d’Exo Terra). Voilà de quoi ravir vos tortues !

 

Sabine PENISSON

 

NB : Pour parfaire vos connaissances et constituer l’abri idéal pour vos animaux, nous vous conseillons quelques lectures plus poussées, avec par exemple les ouvrages « Aménagement du Terrarium » et « Atlas de la Terrariophilie Volume 2 : Les Tortues », aux éditions Animalia.